Voici la page facebook : ici

 

En partenariat avec Stophomophobie voici donc ce que nous vous proposons...

Mise en danger d'autrui, incitation à la haine... Exigeons la
condamnation ferme des propos de Christine Boutin, qui trancherait quelque peu avec l'impunité quasi totale dont les ténors de l'homophobie, et l'ancienne présidente du Parti Chrétien Démocrate bénéficient :

« Je n'ai jamais condamné un homosexuel. L'homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n'est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné ».

Sous-entendus, provocations à la discrimination des personnes en raison de leur orientation sexuelle, « tweets » aventureux... Peut-être faut-il percevoir dans cette radicalisation de ses discours, et de tout ce qu'elle a pu exprimer dans les médias sur le sujet ces 15 dernières années, un challenge électoral ?
La lecture du Catéchisme de l’Église Catholique aurait dû à tout au moins suggérer à Christine Boutin de ne pas accoler à ses mots un adjectif surgi de l’Ancien Testament : n’est pas prophète qui veut !

Jean-François Copé les aura lui même vigoureusement critiqués, ce jeudi 3 avril, sur son compte Twitter :

« Les propos de Christine Boutin sur l'homosexualité sont
insupportables, inacceptables, impardonnables. »

Ainsi que deux autres responsables UMP, dont le fondateur de Gaylib qui ont eux estimé que "ces déclarations
choquantes ne sont pas une opinion mais un délit pénal", ajoutant : "Christine Boutin doit être condamnée".

Depuis des mois, Christine Boutin multiplie les dérapages. Elle a également noué depuis fin 2013 une alliance avec le « Printemps français», notamment lié au mouvement d'extrême droite catholique Civitas. Ou encore à Farida Belghoul, militante à l'origine des « journées de retrait
de l'école » (JRE), qui poussent les parents à ne pas emmener leurs enfants en classe, au nom de craintes infondées et mensongères autour du « gender ».
Mme Boutin a participé à plusieurs conférences de presse du
mouvement – conférences interdites aux « médias mainstream » avec l'association Egalité et Réconciliation, mouvement antisémite d'ultra-droite, qui avait mission de diffuser les idées du mouvement.

Nous avons donc décidé de porter plainte individuellement contre Madame Christine Boutin pour faire "masse", en nous associant à l'initiative de notre amie, Isabelle Bonal, "citoyenne" en faveur des droits humains, dès le 30 avril prochain. Et nous vous invitons à en faire autant. Relevons le défi sur un plan national.

LGBTQI et HETEROS, soyons... et restons solidaires. Nous souffrons au quotidien de cette débâcle. Nous aspirons au même respect mutuel.

Rejoignez-nous dans cette action, le même jour, à la même heure. On ne se démotive pas. Si nous ne le faisons pas, personne ne le fera pour nous. Il y a transgression de la
loi et les institutions en Justice ne réagissent pas. Nous sommes le peuple, et cette parodie ne nous satisfait plus.

La relaxe de Christian Vanneste pourtant poursuivi « pour complicité de provocation à la haine envers les homosexuels » en est un parfait exemple. L'auteur ponctue lui-même de rires satisfaits ses déclarations : « Vous en avez beaucoup dans le domaine de la culture (…), des médias, (…) par là-même il y a un renversement (…) de la proportion, du poids de l'homosexualité dans la société. » Il évoquait également « la légende de la déportation des homosexuels » pendant l’Occupation. Ce qui lui avait valu d'ailleurs d’être exclu de l’UMP.

Depuis des mois, Christine Boutin multiplie les dérapages. Elle a également noué depuis fin 2013 une alliance avec le « Printemps français», notamment lié au mouvement d'extrême droite catholique Civitas. Ou encore à Farida Belghoul, militante à l'origine des « journées de retrait
de l'école » (JRE), qui poussent les parents à ne pas emmener leurs enfants en classe, au nom de craintes infondées et mensongères autour du « gender ».
Mme Boutin a participé à plusieurs conférences de presse du
mouvement – conférences interdites aux « médias mainstream » avec l'association Egalité et Réconciliation, mouvement antisémite d'ultra-droite, qui avait mission de diffuser les idées du mouvement.

Nous appelons Monsieur Manuel Valls, Premier ministre de la République, Madame Christiane Taubira, Ministre de la Justice, et tous les autres intervenants du gouvernement qui nous auront soutenu dans l'ascension pour l'égalité des droits, à réagir et se manifester : " Nous sommes seuls " et les agressions se multiplient.

Adressons au Procureur de La République, EN "RECOMMANDÉ AVEC AR", un courrier pour lui signifier notre indignation et demander la condamnation de Madame Boutin.

Une lettre type est possible en y proposant quelques variantes. Par exemple, en tant qu'hétéro, on peut être choqué et touché par tant de propos haineux. En tant que gay, lesbienne, on est atteint dans sa chair. Je suis homosexuel, suis-je pour autant une abomination ? Certainement non. Pourtant cette femme, pas ses propos le laissent entendre.
Nous préparons de toute façon cette lettre type que vous pourrez ensuite modifier, mais rien ne vos oblige à spécifier en détail les conséquences pour soi même.

Je précise que la lettre type arrivera lundi dans la journée. Par ailleurs plusieurs d'entre vous veulent déjà envoyer leur lettre au procureur...il est important pour l'effet de masse d'attendre le 30 avril...c'est maintenant une question de jours...donnons nous toutes les chances...il y aura peut-être encore quelques modifications...
Je vous remercie vraiment de votre mobilisation, elle va être magnifique...

Je remercie Stophomophobie de m'épauler...allez je compte sur nous...

Isabelle Bonal.

 

 

Comme moi, soutenez ce projet ! Domino.